Découragement, estime de soi en berne, montée de stress, etc., tous les développeurs web connaissent régulièrement, si ce n’est plusieurs fois par jour, un épisode de démotivation. Et c’est encore plus vrai pour les développeurs junior.

Les facteurs déclencheurs ? Un code qui refuse obstinément de faire ce qu’il est censé faire, une technologie qui semble défier vos capacités de compréhension, un énième langage de programmation à apprendre, et c’est la remise en question. Fatalement.

Il suffit de peu de choses pour que le développeur, déstabilisé, réalise soudain l’immensité de ce qu’il ignore et que la digue de confiance en soi qu’il s’était constitué cède alors au sentiment d’incompétence.

Mais alors que faire quand l’impression ne pas être à la hauteur vous submerge et que vous vous sentez au bord de la crise existentielle ?

Pour certains, la parade serait de tout apprendre, tout savoir. Mais les développeurs plus sensés, ou ceux qui ont de la corne aux doigts, savent bien que c’est purement et simplement impossible.

Entre les langages, cadriciels et technologies existants et tout ce qui émerge de cet univers en expansion qu’est le Web, il ne suffirait pas d’une vie pour y parvenir.

Il existe tout de même un moyen d’apaiser le développeur pris dans les tourments de la remise en question et qui consiste à se rappeler trois petites évidences trop souvent oubliées.

La première de ces évidences, c’est que le développeur ne cesse jamais d’apprendre. Il faut en faire un mantra. Voyez cet apprentissage permanent comme un processus d’élévation continu, non comme le signe manifeste de vos lacunes, et cela vous aidera à prévenir les crises d’angoisse.

L’autre évidence, c’est que vous n’êtes pas seul à douter de vous-même. Tous les développeurs web, du plus aguerri au débutant, vivent des moments de panne sèche. Dans son tête-à-tête avec sa machine, plus isolé encore à l’heure du télétravail généralisé, le développeur se convainc assez facilement qu’il est le seul à être à la peine et que tous les autres, sans exception, ont un train de connaissances d’avance sur lui. Eh bien, c’est faux. Tenez-vous-le pour dit !

Enfin, et cela s’adresse surtout aux développeurs web qui font leurs premiers pas : il faut laisser du temps au temps. Avec l’expérience, viendront les connaissances, mais surtout le recul indispensable pour aborder votre travail avec plus de sérénité.

Bref, on vous demande de programmer une fonctionnalité qui n’est pas dans vos cordes ? Même pas peur. Gardez à l’esprit que l’on ne vous confie pas cette tâche pour le plaisir de vous voir transpirer d’angoisse ou parce que l’on vous prête d’incommensurables connaissances, mais plus sûrement parce que l’on compte sur votre sens de l’analyse, vos capacités d’apprentissage et votre art consommé de la débrouille.

Ces trois évidences, pour peu que vous ne les perdiez pas de vue, vous aideront à développer une autre compétence, tout aussi essentielle celle-là: re-la-ti-vi-ser. Un autre mantra à faire sien.

Surmonter le blues du développeur web junior

Jorge Oliveira

Développeur Web

Category: Non classé