CA Bonjour Nature

De gauche à droite sur la photo: Denis Brochu (Tourisme Lanaudière, secrétaire-trésorier), François Chevrier (Au Canot Volant), David Lapointe (Société des Parcs Régionaux de la Matawinie), Linda Gadoury (parc des Chutes Monte-à-Peine-et-des-Dalles, présidente), Florence Vitali (coordonnatrice de la coopérative). Mylène Pronovost (parc national du Mont-Tremblant), Marie-Andrée Alarie ( Commissaire en développement touristique de la MRC de Matawinie).

Marie-Andrée Alarie porte plusieurs chapeaux au sein de Bonjour Nature! Marie-Andrée (tout à droite sur la photo) est avant tout Commissaire en développement touristique de la MRC de Matawinie. Nous l’avons rencontré aujourd’hui pour discuter de son implication quotidienne dans le développement et le rayonnement de la coopérative touristique Bonjour Nature. 

Parle-nous de la mission de Bonjour Nature? 

Bonjour Nature est une coopérative de solidarité à but non lucratif, détentrice d’un permis d’agence de voyage dédiée à la structuration de l’offre touristique de la région de Lanaudière.  

Elle se spécialise dans l’offre de forfaits pour la clientèle individuelle et à la vente d’excursions en départs garantis de Montréal vers différentes activités de la région toute l’année. Elle offre aussi des forfaits signatures avec une valeur ajoutée, tel qu’un spécialiste pour faire découvrir la marche afghane ou encore l’initiation à la cueillette de champignons comestibles.

Quel est ton rôle? 

Je travaille à la fois au niveau du développement des affaires, de la coordination générale et de l’administration. En réalité, je suis commissaire en développement touristique à la MRC de Matawinie qui a participé en amont à la création de cette coopérative. Ayant un bagage dans l’industrie touristique et dans le voyage réceptif, il était naturel que je sois impliquée directement dans les affaires de la coopérative à travers mes autres tâches à la MRC. Mais je sais qu’un jour, la coopérative volera de ses propres ailes!

Quelles sont tes responsabilités? 

La réflexion de la structuration de l’offre touristique dans la région s’est amorcée en 2013, j’y ai été impliqué dès le départ avec le directeur général de Tourisme Lanaudière. De fil en aiguille, il s’est avéré que le meilleur moyen pour atteindre cet objectif serait la création d’une coopérative composée de membres utilisateurs (les entreprises) et de membres de soutien (villes, MRC, l’association touristique et d’autres partenaires associatifs comme le Conseil de développement bioalimentaire de Lanaudière). 

Je suis impliquée dans le processus depuis 8 ans. J’ai participé à toutes les étapes, autant en réflexion, coordination, recherche de financement, recrutement de partenaires, recherche de fournisseurs divers.

Quels sont vos plus grands défis aujourd’hui?

L’autofinancement d’une part qui est très difficile pour une entreprise en démarrage dont les coûts d’implantation sont très élevés. Particulièrement pour la mise en place de la vente en ligne qui est assez complexe pour l’industrie touristique. De nombreuses industries ont le choix entre plusieurs fournisseurs de vente en ligne pour la vente de produits. Dans notre cas, nous devons trouver un fournisseur de réservation en ligne relié à l’inventaire des hébergements, comme Expédia par exemple. Ce sont des frais assez exorbitants, surtout que nos activités se restreignent à une seule région.

En marketing numérique, c’est aussi la même chose. Il faut se créer une communauté, être présent sur les médias sociaux, avoir les bons repères d’analyse des visiteurs sur son site, faire la bonne promotion, au bon client au bon moment. Heureusement, nous avons l’équipe marketing de Tourisme Lanaudière pour nous aider. Nous échangeons beaucoup ensemble, car positionner une destination est bien différent de la vente de services.

Le plus gros défi, c’est le manque de temps, d’argent et de ressources lorsqu’on démarre.  Nous avons entamé la première saison à l’hiver 2019 avec la mise en place d’excursions et un an après, nous devions cesser cette opération due au contexte de la pandémie et s’adapter rapidement en proposant des forfaits à la clientèle individuelle. La promotion Explore Québec sur la route a été salutaire dans notre cas. Nous remercions la ministre Caroline Proulx pour avoir trouvé cette solution à court terme.

Que mettez-vous en place pour relever ces défis? Et avez-vous déjà observé des résultats?

Nous sommes constamment à la recherche de nouveaux partenaires, fournisseurs et opportunités d’affaires. Nous restons toujours à l’affût de nouveaux financements disponibles, que ce soit pour un employé d’été ou tout ce qui peut correspondre à nos besoins actuels. 

Heureusement, grâce à la contribution du conseil d’administration, des partenaires régionaux, de la MRC de Matawinie et du personnel de Tourisme Lanaudière ainsi que l’ajout d’une employée à temps plein, nous avançons lentement, mais sûrement.  

La coopérative ne vit pas pour elle, mais au bénéfice de ses membres et au rayonnement de la région.

Quels sont vos principaux objectifs à atteindre cette année ? 

Cette année, nous nous concentrons sur la mise en ligne de notre nouveau site web et d’un système de réservation intégrée avec nos hôteliers pour automatiser davantage la vente des forfaits et d’excursions. C’est un gros chantier que nous devons gérer à travers le reste des opérations. Nous espérons la reprise des voyages de groupe pour l’automne et l’hiver prochain.

Découvrez le site web de Bonjour Nature.

LinkedIn de Marie-Andrée Alarie.

Entrevue avec Marie-Andrée Alarie, membre de la coopérative touristique Bonjour Nature

Cécilia Ndofunsu

Stratège au Contenu chez Parkour3

Category: Entrevue